Une Ombre Qui Danse

1 - Non bis in idem

2 - Face à la lune

3 - Manquer de temps

4 - Une Part de Moi

5 - Tout sur mon passé

6 - Nouveau Départ

7 - Veilleur des ombres

La deuxième marche. Celle qui permet de passer de Compte à Rebours à Parenthèses. Toujours le même processus de réenregistrement des anciennes chansons, avec la même recherche des identifiants indispensables, comme le solo de Non Bis In Idem, le synthé de Face à la lune... Sauf que contrairement à Compte à Rebours, il y a eu très peu de repêchage. La quasi totalité de l'album est neuf, totalement ré-enregistré. Aucune basse n'est programmée par exemple. Ces ré-enregistrements ont donné lieu à plusieurs re-visites, que ce soit au niveau de la structure des morceaux ou de leur arrangements. Les deux exemples les plus frappants étant la deuxième partie complètement nouvelle de Face à la lune ou le nouvel arrangement de Nouveau départ. Après plusieurs années de recherches, enfin elles sonnent comme elles le doivent, enfin elles ont trouvé l'habit qu'il leur fallait. Mais le plus gros bout, ce qui a demandé le plus de travail, c'est la suite Veilleur des ombres, sorte de collage de plusieurs morceaux qui parlent de la même chose. Il ne s'agit pas d'un seul morceau, mais bien de plusieurs morceaux rassemblés en une même piste, parce qu'ils se suivaient logiquement. Si je suis seul responsable de ce que l'on peut appeler l'écriture de la musique ou des textes, ce disque est pourtant le fruit d'une collaboration avec Nicolas qui s'est investi avec une énergie rare dedans, enchaînant les nuits blanches, les prises, les essais d'arrangements pour toujours améliorer la musique. À ce niveau là, je ne peux pas dire que c'est mon disque, mais c'est notre disque. Les arrangements, la production, la réalisation, c'est notre collaboration, des heures et des nuits de discussions à se demander siça ne serait pas mieux en essayant comme ça plutôt que comme ça. Et l'émulsion qui en a résulté, comme très souvent dans des collaborations de ce style a permis d'avoir un produit supérieur à la somme de ce que nous aurions fait chacun de notre côté. C'est le très connu 1 + 1 = 3. Si il y a une anecdote à retenir sur les sessions d'enregistrement d'Une Ombre Qui Danse, c'est bien évidemment le moment où nous avons enregistré le chant pour Veilleur des Ombres. Il m'était impensable d'enregistrer ça à la maison, en plein milieu de l'après midi, en pleine chaleur. Alors nous avons mis l'ordinateur et un micro dans notre sac à dos. Nous sommes partis de nuit. La lune nous veillait. Nous sommes allés sur l'île de l'Oiselay. Enregistrer les bruits de la nuit et j'ai chanté au milieu de nulle part, de 1h à 3h du matin. Éteignez la lumière, montez le son et tendez l'oreille... Vous entendrez sûrement des grillons... Sébastien, le 20 juillet 2008.

Merci aux habituels et particulièrement Marine, Philippe, Gilles, Stéphane, Laurent, Zoé, Marco, Franck, Jean-Philippe, Clément, Gilles et Pierrette, Laurent et Wibke, Florent, Virgil et Sonia, Aurélien, Vanessa...

Et même si ça fait convenu, attendu et peu original, celui-là il est pour Pierre...

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons