SousbockBestOf

J’ai eu 40 ans. 

Et 12 cordes. 

Ça fait beaucoup. 

Mais ça ne fait certainement pas 52. 

Parce qu’on n’additionne toujours pas les pommes et les oranges. 

Pas plus que les spaghettis et les pizzas d’ailleurs. 

Ni même les Phil et les Peter ou les Jean et les Jacques. 

Il n’empêche que de ces 12 cordes est né un regret. Celui de ne jamais l’avoir utilisée sur un de mes disques. Puisque j’ai raccroché Sousbock pour voguer au loin vers d’autres flots (pour ne pas les citer, ce sont les flots de Lunear, mangez-en, écoutez, partagez, c’est bon pour la santé lunearmusic.com), l’idée est venue de me replonger dans mes chansons et de faire un best-of joyeux et acoustique, mettant en valeur l’essence des compositions et 12 cordes. Bon alors, très vite, j’ai rajouté du piano, du ukulélé, ainsi que ma vieille et fidèle 6 cordes. Puis des percussions. J’en ai aussi profité pour changer les tonalités, les tempos, jouer au piano des chansons qui étaient à la guitare et inversement mais voilà, j’ai enfin ma belle guitare 12 cordes sur un disque. Celui-là. Et ce disque est là pour vous dire merci à vous qui écoutez ce disque et ces chansons depuis une vingtaine d’années (déjà), mais aussi et surtout à vous tous qui m’avez permis d’avoir ce magnifique instrument : vous savez où et quand c’était et je ne l’oublierai jamais. 

Bien sûr, comme je suis moi, j’ai réussi à rendre certaines de mes chansons joyeuses complètement lentes et tristes. 

On ne se refait pas. 

Par contre, comme tout « best of » qui se respecte, il y a une chanson inédite, une vraie chanson joyeuse et positive. 

Ce disque est un disque « presque live ». J’aurais pu l’appeler « un live avec moi-même ». 

J’ai tout fait. 

Seul. 

Et ça s’entend. 

Imaginez une salle avec plusieurs « moi » en train de jouer ensemble. Voilà l’idée. Pour ceux qui se demandaient à quoi ressemblerait Sousbock sans de vrais musiciens comme Nico, Julien et les autres, voilà enfin une réponse. Pas de guitares doublées pour donner plus d’ampleur, un minimum de prises, un minimum de triche, un minimum de retouches pour un maximum d’authenticité et trouver donc l’essence même des chansons. Je me suis même fait violence pour laisser des petites imperfections, des petites aspérités… une corde qui frise, une prise de respiration un peu trop forte, une note approximative… Toutes ces choses qui me rendent habituellement dingue mais que je suis, finalement, le seul à remarquer. 

J’ai dit que j’avais tout fait, mais ce n’est pas totalement la vérité. Il y a quelques trucs que je n’ai pas fait comme la pochette. C’est encore Franck. J’ai repris une de ses vieilles propositions avec une grande et belle lune. Et du coup, j’ai appelé ça « La face lumineuse de Sousbock » parce que ce sont des chansons « joyeuses » (hum hum) et parce que le clin d’oeil était trop facile. 

À l’heure où j’écris ces lignes,  je ne le sais pas encore mais j’aurai certainement convaincu soit JP, soit Stéphane de m’aider à mixer et José de m’offrir le mastering… Dans tous les cas, ils m’auront aidé d’une manière ou d’une autre et auront de toute façon subi de multiples écoutes afin de m’aider à valider les morceaux… Alors un grand merci à eux. Et un immense merci également à Ramdane, mon prof de percussions particulier. 

Et merci à Vanessa aussi, elle aussi a fait du « Quality Control » sur le disque et surtout les choeurs… Et puis elle a aussi organisé ce que vous savez, où et quand vous savez. Et ça non plus je ne l’oublierai jamais… 

Mais surtout un grand merci à vous. 

C’est grâce à vous que ce disque existe mais c’est aussi pour vous. 12 anciennes chansons. Une pour chaque corde. Et une treizième et dernière chanson pour finir et les lier.  

Textes et musiques : Seb, sauf Amnesia et un petit bout de Nouveau Départ avec Laurent D. 

Intruments : ukulélé, guitare acoustique, six et douze cordes, piano, bongos, tambourin, cajon ainsi qu’un instrument interdit par la convention de Genève. J’ai conscience que pour cela je mérite « La Peine De Mort ». Mais j’assume.

Seb

22 février 2019

La face lumineuse de Sousbock - 2019

Écoutez l'album en streaming sur

De l’album « Une ombre qui danse »

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

De l’album « Compte à rebours »

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

De l’album « Une ombre qui danse »

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

De l’album « Une ombre qui danse »

paroles : Seb – musique : Seb et Laurent
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

De l’album « Un écho dans le brouillard »

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

De l’album « Parenthèses »

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

De l’album « Un écho dans le brouillard »

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

De l’album « Un écho dans le brouillard »

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

De l’album « Et puis ? »

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

De l’album « Compte à rebours »

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

Des albums « Compte à rebours, Et puis ?, et Lune et l’autre »

paroles : Seb – musique : Seb et Laurent
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

De l’album « Un écho dans le brouillard »

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

Inédit

paroles : Seb – musique : Seb
arrangement : Seb – mix : JP

Crédits

Seb : tous les instruments

Paroles :

Comme la lune au soir éclairée
Comme une guitare réaccordée
Comme un rêve brisé recollé
Comme un sourire enfin retrouvé

Mille raisons d’y croire
Mille raisons de voir
Mille raisons pour être
Mille raisons de renaître

Comme une promesse tenue
Comme une phobie vaincue
Comme une blessure soignée
Comme un souhait enfin exaucé

Mille raisons d’y croire
Mille raisons de voir
Mille raisons pour vivre
Mille raisons de poursuivre

Comme une évidence enfin acceptée
Comme une rivière qui n’est plus asséchée
Comme une colère enfin appaisée
Comme un différent enfin pardonné

Mille raisons d’y croire
Mille raisons de voir
Mille raisons pour être
Et pas seulement paraitre

Mille raisons d’y croire
Mille raisons de voir
Mille raisons pour vivre
Et pas seulement survivre